Défi de taille : le rapatriement du régime d’assurance-emploi

Publié le dimanche 26 août 2012 à 15:45 par Jacques Desmarais.

Le régime d’assurance-emploi canadien est de plus en plus critiqué.  Réduction progressive de l’accès aux prestations (moins de 50% des travailleurs), refus de contribution financière gouvernementale, détournement des surplus par le gouvernement canadien, connexion déficiente avec les programmes de développement de la main d’œuvre et le régime d’aide sociale.

Au printemps 2012, le Conseil national des chômeurs et chômeuses a revendiqué le rapatriement au Québec de l’assurance-emploi.  Le Conseil tiendra des assemblées publiques sur ce sujet dans 15 villes québécoises au cours des mois de septembre et octobre 2012 (voir le Feuillet).  Un groupe de citoyens notoires a appuyé cette revendication (Le Devoir, 14 août 2012).

Des partis politiques ont repris cette demande (le Parti Québécois a inscrit le rapatriement dans sa plateforme électorale de 2012; Option Nationale et Québec Solidaire en demandent aussi le contrôle).

Les organisations syndicales québécoises (CSN, FTQ, CSQ) viennent d’ajouter leur grain de sel dans ce mouvement.  Elles sont favorables à un régime québécois d’assurance-emploi, mais il devra être bonifié pour mieux répondre aux réalités et aux aspirations des travailleuses et travailleurs du Québec.  Elles précisent que « ce régime doit être nettement supérieur au régime actuel, sinon ce sera « changer quatre trente sous pour une piastre ».  Les centrales syndicales veulent « examiner les contours d’un éventuel régime québécois d’assurance comme nous l’avons fait lors de notre bataille pour la mise en place d’un régime québécois d’assurance parentale ».

Le défi sera de taille si on songe à bonifier ce régime.  Les questions d’étendue et d’accessibilité du régime, de son financement (travailleur-employeur-gouvernement) et de cohérence avec les mesures de développement de la main d’oeuvre devront être abordées de front.

Peut-être l’autre dossier majeur des prochaines années en droit social en plus de celui de l’orientation et du financement des régimes complémentaires de retraite autant dans les régimes publics, notamment dans les municipalités, que dans le secteur privé.   À suivre donc avec attention.

Voir le texte de la position des trois organisations syndicales sur le rapatriement du régime d’assurance-emploi.


Laisser un commentaire