Accès à la syndicalisation aux USA : ça bouge, mais…

Publié le samedi 5 septembre 2009 à 16:13 par Jacques Desmarais.

John J. Sweeney

Le président sortant de l’AFL-CIO vient de cligner des yeux. John J. Sweeney vient d’annoncer son accord avec une modification du projet de loi pro-syndical bloqué actuellement au Sénat des États-Unis d’Amérique à défaut des 60 votes nécessaires pour éviter le filibuster des républicains farouchement opposés.

L’idée de laisser tomber la disposition – par ailleurs en vigueur au Québec – prévoyant que l’accréditation syndicale peut être accordée avec le seul dépôt des cartes d’adhésion et sans recourir à un scrutin auprès des salariés circule depuis longtemps. Elle vient de gagner beaucoup de vitesse. A-t-on lâché la proie pour l’ombre ! Voir l’article du New York Times, 5 septembre 2009.

Un projet de loi sur la liberté d’association des travailleurs aux États-Unis est depuis plusieurs mois l’occasion d’un affrontement critique entre les employeurs et les groupes syndicaux et politiques favorables à l’extension du syndicalisme aux États-Unis. Le président Obama déjà favorable à un projet de loi à ce sujet sera rudement mis à l’épreuve.

À l’occasion de rencontres récentes organisées par les opposants patronaux, des dirigeants d’entreprises canadiennes sont venus appuyer la campagne d’opposition féroce mise en place par le patronat étatsunien. Voir l’article du Globe and Mail, 9 juillet 2009.

La patronat est furieux et prépare la résistance en finançant l’action des organisations qui s’opposent à ce projet ; les élus républicains ont promis une obstruction systématique (filibuster) au projet de loi lors de son examen par le Congrès : Voir l’article du Huffington Post, 27 janvier 2009.

Voir notre chronique sur La liberté d’association aux États-Unis.

Pour citer ce texte : Jacques Desmarais, Accès à la syndicalisation aux USA : ça bouge, mais…, (2009) Socialtravail.uqam.ca, le blogue juridique Chron. no 5.


Laisser un commentaire